Fiche — Américaine et ses filles clientes du Grand-Hôtel , une (US, Balbec)

Américaine et ses filles clientes du Grand-Hôtel , une [II]

Touristes étrangères

 

Personnages fictifs.

Roturières américaines.

 

 

À Balbec, à la fin des trois mois du premier séjour du Héros, elles sont parmi les derniers clients du Grand-Hôtel, presque vide. Avec M. Poncin et le bâtonnier de Cherbourg [Caen est mis par erreur], elles viennent voir le Héros et sa grand’mère pour discuter, jouer, boire le thé, jouer de la musique, bref, tromper l’ennui et nouer de très éphémères amitiés.

 

 

*Parfois pourtant la pluie trop cinglante nous retenait, ma grand’mère et moi, le Casino étant fermé, dans des pièces presque complètement vides comme à fond de cale d’un bateau quand le vent souffle, et où chaque jour, comme au cours d’une traversée, une nouvelle personne d’entre celles près de qui nous avions passé trois mois sans les connaître, le premier président de Rennes, la bâtonnier de Caen, une dame américaine et ses filles, venaient à nous, entamaient la conversation, inventaient quelque manière de trouver les heures moins longues, révélaient un talent, nous enseignaient un jeu, nous invitaient à prendre le thé, ou à faire de la musique, à nous réunir à une certaine heure, à combiner ensemble de ces distractions qui possèdent le vrai secret de nous faire donner du plaisir, lequel est de n’y pas prétendre, mais seulement de nous aider à passer le temps de notre ennui, enfin nouaient avec nous sur la fin de notre séjour des amitiés que le lendemain leurs départs successifs venaient interrompre. (II, 370)

 

 

 


CATEGORIES : Etranger, Personnage fictif, Roturier/ière/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et