Au sujet du roi

Au sujet du roi

 

Oui, je sais, le roi n’est pas un sujet !

Le mot est cité 196 fois dans À la Recherche du Temps perdu et celui de « reine », 85 fois. « Altesse » se présente 83 fois.

Le souverain est un type de personnages qui montre le bout de sa couronne dans tous les tomes : Albert 1er de Monaco, Alexandra-Feodorovna de Russie, Alexandre 1er de Russie, Alexandre II de Russie, Alexandre III de Macédoine, Alphonse XIII d’Espagne, Amélie du Portugal, la reine d’Angleterre, Assourbanipal, l’empereur Auguste, Auguste II de Pologne, le roi de Bavière, le roi des Belges, Blanche de Castille, Charles 1er Stuart, l’impératrice Charlotte du Mexique, Cléopâtre d’Egypte, Constantin 1er de Grèce, le roi du Danemark, Darius, l’Electeur palatin, Edouard VII d’Angleterre, Elisabeth d’Autriche, Elisabeth de Belgique, la reine d’Espagne, Ferdinand de Bulgarie, François-Joseph d’Autriche, Frédéric le Grand de Prusse, la reine de Grèce, Guillaume le Conquérant, Guillaume II d’Allemagne, Hadrien, le prince de Hanovre roi d’Angleterre, le roi de Hanovre, Haroun Al Raschid calife de Bagdad, Henri VIII d’Angleterre, Henri II Plantagenet d’Angleterre, Hérode 1er le Grand, la reine de Hongrie, la reine Hortense, le roi et la reine d’Italie, Jeanne la Folle, Louis le Germanique, Marie-Sophie de Naples, Marie Stuart, Mark de Cornouilles (légendaire)Nicolas II de Russie, Oscar II de Suède, Philippe II d’Espagne, la reine de Pologne, Ranavolona III de Madagascar, le Shah de Perse, le roi de Roumanie, les Stuarts, la reine de Suède, Tarquin le Superbe, Tching Hong de Chine, Théodora de Byzance, Victoria du Royaume-Uni, Xerxès,Yung Tsching de Chine.

 

Un souverain aussi fictif qu’exotique daigne aussi se montrer : Théodose et son épouse la reine Eudoxie, à la tête d’un « royaume oriental ».

 

Cette chronique succédant à celle sur la préséance nobiliaire qui l’a inspirée, conduit à évoquer le système hiérarchique de la monarchie en France (avec l’aide de Wikipédia). Jusqu’à la Révolution, il est propre au roi et aux siens, fondé sur l’ordre de dévolution de la Couronne et les règles de protocole à la cour. En général, un membre de la famille royale est pourvu d’un titre appartenant à la Couronne, plus ou moins prestigieux selon la façon dont le roi veut honorer son propriétaire. Ces titulatures d’apparats sont d’un point de vue de la préséance au-dessus du système nobiliaire d’Ancien Régime.

À la différence des titres de noblesse, ces titulatures ne sont pas immuables, elles correspondent à une situation politique ou généalogique. Un changement de dynastie peut faire perdre à une famille le droit d’utiliser le titre de prince du sang. Ces titres au contraire des titres de noblesse ont disparu avec la monarchie.

Examinons la préséance qui les régit. C’est l’ordre de succession au trône qui la détermine :

*Dauphin de France : titre de l’héritier du trône (en principe le fils aîné du roi depuis la loi salique), la femme du Dauphin s’appelle la Dauphine de France et prend le titre dès son mariage avant son couronnement en tant que reine

*Monsieur : titulature réservée au frère cadet du roi.

*Premier prince du sang : titre des membres de la branche cadette de la famille royale, c’est par exemple le cas des Condé-Bourbon puis des Orléans.

*Prince du sang : titre de tous les autres membres de la maison royale de France, généralement raccourci au seul titre de prince.

Tous les porteurs de ces titres ont le droit au prédicat d’Altesse royale (S.A.R.).

Le roi ne porte lui-même aucun titre de noblesse. Il ne peut donc en transmettre à ses enfants, mais dans les faits il dispose d’un certain nombre de grands fiefs qu’il peut donner en apanage à ses fils. Il constitue ainsi le patrimoine des branches cadettes pouvant soit monter sur le trône, soit s’éteindre. Plusieurs fiefs (et donc titres) ont régulièrement été utilisés par la famille royale de France comme distinction de leur rang. Parmi les plus célèbres, le comté puis duché de Valois, le duché d’Orléans, le duché d’Anjou, le duché de Bourgogne, le duché de Berry, le duché de Provence et le comté d’Artois.

 

Vive la République !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et