Un inédit personnage proustien

Un inédit personnage proustien

 

Olivier de Rincquesen m’est très précieux. C’est un ami de plus de quarante ans — autrement plus crédible que les « amis de trente ans » !

Journaliste brillant, il exerce aujourd’hui ses talents dans l’information sur le marché de l’art — chroniqueur en particulier sur BFM. Et c’est mon meilleur capteur pour tout ce qui concerne Proust. Dès qu’une vente le concerne, j’en suis informé. Je lui en saurai toujours gré.

Il y a quelques mois, Gallimard nous avait fait découvrir Marie Williams, épouse du bruyant dentiste américain qui exerçait au-dessus de la tête du pauvre Marcel au 102, boulevard Haussmann (Lettres à sa voisine).

Voici que s’avance une autre Marie, Marie Garruchet. L’ami Olivier vient de me confier le catalogue de la vente des commissaires-priseurs Tessier, Sarrou & Associés, demain, à Drouot-Richelieu.

Un ensemble de trois pièces sera proposé aux enchères : la célèbre photo de Proust assis encadré par Robert de Flers et Lucien Daudet au regard énamouré ; et deux autographes de 1905, l’un de l’écrivain et l’autre de sa mère, vantant les qualités de la demoiselle, au service de la famille quatre ans durant, « véritable modèle de propreté, de soins intelligents, de talent tout à fait remarquable de couturière, pleine de cœur », selon Marcel Proust.

071 Catalogue Tessier-Sarrou

Marie Garruchet avait un an de plus que son maître. Elle a été embauchée comme femme de chambre-couturière sur une annonce du Figaro.

Estimation du lot : 4 000/5 000 €.

Une bagatelle !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et