Terre, ciel et effet optique

Terre, ciel et effet optique

 

Les meilleures photos ne sont pas forcément celles que l’on a cherché à faire.

Le principal du collège Marcel Proust à Illiers-Combray est un excellent homme, proustien patenté. Il est même allé voir l’endroit où l’écrivain est enterré.

Et Gilbert Sanslaville (c’est son nom) a pris une photo. Cette tombe du Père-Lachaise à Paris a été photographiée des milliers de fois. Sans doute, l’effet qu’il y a saisi l’a été maintes fois sans qu’il l’ait été exprès. Lui ne l’a pas recherché. Cela s’est trouvé ainsi et il en a été ému : un reflet du ciel bleu sur le marbre sombre a nourri sa réflexion sur le temps qui va.

Quand nous nous sommes rencontrés, il a éprouvé le besoin de partager cette belle image. J’en ai été ému aussi et lui ai demandé l’autorisation de la montrer à mon tour.

La tombe de Proust (Photo Gilbert Sanslaville)

La tombe de Proust (Photo Gilbert Sanslaville)

Ce n’est rien et c’est beaucoup. La beauté d’une image trouve sa source et sa justification dans la tête de qui la regarde. N’est-ce pas un écho à ce que Proust écrit dans Le Temps retrouvé : « chaque lecteur est quand il lit, le propre lecteur de soi-même. L’ouvrage de l’écrivain n’est qu’une espèce d’instrument optique qu’il offre au lecteur afin de lui permettre de discerner ce que sans ce livre, il n’eût peut-être pas vu en soi-même. » ?

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et