Naissance d’une collection

Naissance d’une collection

 

Il y a eu Jean de Berry, Alexandre Farnèse, Laurent de Médicis…

Il y a eu le duc d’Aumale, James de Rothschild, les Péreire…

Il y a eu Peggy Guggenheim, J. P. Getty, Paul Mellon…

Il y a Bernard Arnault, François Pinault, Lionel Zinsou…

Et il y aura moi.

 

La chiquissime liste des grands collectionneurs va s’enrichir d’un nouveau nom avec la quête que je viens de commencer. Je veux réunir la plus grande collection de madeleines en tous genres.

 

L’idée a germé hier — oui, c’est très récent. J’étais allé saluer mes amis du Secours Catholique d’Illiers-Combray (ouvert tous les mardis après-midi en ses locaux situés derrière la Médiathèque). Et là, un objet a attiré mon regard, jouant le rôle de la madeleine de Proust à l’envers, c’est-à-dire qu’il m’a annoncé des lendemains lumineux que j’ai imaginés en un instant.

 

Sans tarder ni regarder à la dépense, j’ai acquis « la chose » — nom bien prosaïque pour une œuvre comme on n’en voit pas tous les jours. La voici.

N° 1 1

 

Mais, tenez-vous bien, la « chose » s’ouvre. Admirez.

N° 1 2

 

Tout soudain, une mission s’imposait à moi : réunir le plus d’objets ayant cette caractéristique si bien décrite dans Du côté de chez Swann : « avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. »

 

Je n’aurai de cesse que d’enrichir encore et encore ma collection naissante. Mes madeleines, moules à madeleines, coquilles saint-jacques et assimilés, formeront un ensemble unique au monde dont je visionne déjà en rêve — gardez à l’esprit ma madeleine à rebours, tournée vers le futur — l’ultime acquisition :

Shell

 

Une compagnie pétrolière dans mon escarchelle — pardon, escarcelle, ça vaut de l’or.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et