Fiche — Jeune homme en smoking qui réclame Léon, un (Paris)

Jeune homme en smoking qui réclame Léon, un [VII]

Aristocrate français

 

Personnage fictif.

 

Homosexuel.

 

 

Client de l’hôtel de Jupien, à Paris, il passe commande d’un employé. Il réclame Léon à 10 h 45 le lendemain, soit un quart d’heure avant sa première demande, car il doit déjeuner en ville. Le patron ne garantit rien à cause du temps que « l’abbé » le gardera. Le jeune élégant voit alors le Héros et se met en colère. Le patron cherche à le rassurer en expliquant qu’il ne s’agit que d’un locataire. Rien n’y fait : il trouve que cette rencontre est extrêmement désagréable, qu’elle ne devrait pas se passer, qu’il déteste ça et qu’il ne reviendra plus. La limite de la menace, c’est qu’il reprécise son exigence horaire, l’avançant même de quinze minutes.

Évoquant le comportement exemplaire des Larivière, le Héros leur oppose celui de « vilains embusqués » comme lui. Ils sont rachetés par cette famille française et par tous les soldats sublimes.

 

 

*À ce moment un jeune homme en smoking entra et demanda d’un air d’autorité au patron : «Pourrai-je avoir Léon demain matin à onze heures moins le quart, au lieu de onze heures, parce que je déjeune en ville. – Cela dépend, répondit le patron, du temps que le gardera l’abbé». Cette réponse ne parut pas satisfaire le jeune homme en smoking, qui semblait déjà prêt à invectiver contre l’abbé, mais sa colère prit un autre cours quand il m’aperçut; marchant droit au patron : «Qui est-ce ? Qu’est-ce que ça signifie ?» murmura-t-il d’une voix basse mais courroucée. Le patron, très ennuyé, expliqua que ma présence n’avait aucune importance, que j’étais un locataire. Le jeune homme en smoking ne parut nullement apaisé par cette explication. Il ne cessait de répéter : «C’est excessivement désagréable, ce sont des choses qui ne devraient pas arriver, vous savez que je déteste çà et vous ferez si bien que je ne remettrai plus les pieds ici». L’exécution de cette menace ne parut pas cependant imminente, car il partit furieux mais en recommandant que Léon tâchât d’être libre à 11 h. moins 1/4, 10 h. 1/2 si possible. Jupien revint me chercher et descendit avec moi jusque dans la rue. (VII, 98)

*persuadés que leur modestie ne s’en offensera pas pour la raison qu’ils ne liront jamais ce livre, c’est avec un enfantin plaisir et une profonde émotion que ne pouvant citer les noms de tant d’autres qui durent agir de même et par qui la France a survécu, je transcris ici leur nom véritable : ils s’appellent, d’un nom si français d’ailleurs, Larivière. S’il y a eu quelques vilains embusqués comme l’impérieux jeune homme en smoking que j’avais vu chez Jupien et dont la seule préoccupation était de savoir s’il pourrait avoir Léon à 10 h. 1/2 «parce qu’il déjeunait en ville», ils sont rachetés par la foule innombrable de tous les Français de Saint-André-des-Champs, par tous les soldats sublimes auxquels j’égale les Larivière.  (VII, 110)

 

 


CATEGORIES : Aristocrate, Client, Homosexuel(le)/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et