Fiche — Chef de clinique de Cottard, le (Paris)

Chef de clinique de Cottard, le [II, IV]

Médecin français

 

Personnage fictif.

 

Il officie à Paris.

 

 

Comme tous les membres du service de son patron à l’hôpital, il rit de ses calembours.

Mme Léontine Cottard le fait venir d’urgence chez elle pour soigner sa cuisinière qui s’est coupée au bras. Son mari refusant de le faire parce qu’il s’apprête à se rendre chez les Verdurin et qu’il a déjà mis son smoking — il ne déroge à ses horaires que pour des malades socialement haut placés.

Pour gagner du temps, le chef de clinique prend une voiture provoquant un blocage momentané dans la cour du docteur Cottard. La femme du médecin est gêné qu’il voie son mari en tenue de soirée.

 

 

*C’est surtout à l’impassibilité qu’il s’efforçait et même dans son service d’hôpital, quand il débitait quelques-uns de ces calembours qui faisaient rire tout le monde, du chef de clinique au plus récent externe, il le faisait toujours sans qu’un muscle bougeât dans sa figure d’ailleurs méconnaissable depuis qu’il avait rasé barbe et moustaches. (II, 3)

*Cottard était de ces gens peu recherchés qui se font un devoir aussi impérieux de se rendre à une invitation que si elle constituait un ordre, comme une convocation militaire ou judiciaire. Il fallait qu’il fût appelé par une visite bien importante pour qu’il «lâchât» les Verdurin le mercredi, l’importance ayant trait, d’ailleurs, plutôt à la qualité du malade qu’à la gravité de la maladie. Car Cottard, quoique bon homme, renonçait aux douceurs du mercredi non pour un ouvrier frappé d’une attaque, mais pour le coryza d’un ministre. Encore, dans ce cas, disait-il à sa femme : «Excuse-moi bien auprès de Mme Verdurin. Préviens que j’arriverai en retard. Cette Excellence aurait bien pu choisir un autre jour pour être enrhumée.» Un mercredi, leur vieille cuisinière s’étant coupé la veine du bras, Cottard, déjà en smoking pour aller chez les Verdurin, avait haussé les épaules quand sa femme lui avait timidement demandé s’il ne pourrait pas panser la blessée : «Mais je ne peux pas, Léontine, s’était-il écrié en gémissant; tu vois bien que j’ai mon gilet blanc.» Pour ne pas impatienter son mari, Mme Cottard avait fait chercher au plus vite le chef de clinique. Celui-ci, pour aller plus vite, avait pris une voiture, de sorte que la sienne entrant dans la cour au moment où celle de Cottard allait sortir pour le mener chez les Verdurin, on avait perdu cinq minutes à avancer, à reculer. Mme Cottard était gênée que le chef de clinique vît son maître en tenue de soirée. Cottard pestait du retard, peut-être par remords, et partit avec une humeur exécrable qu’il fallut tous les plaisirs du mercredi pour arriver à dissiper. (IV, 196)

 

 

 


CATEGORIES : Médecin, Personnage fictif, Plasticien/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et