Parole de proustiste

Parole de proustiste

Le fou de Proust me définit bien : converti récent, je suis le plus ardent thuriféraire du cher Marcel.

Ainsi donc, un blog naît. François Bon — qu’il accepte ici l’expression de ma plus vive gratitude — est doublement à l’origine de cette aventure.

J’en avais bien l’idée, mais je m’étais accordé dix ans pour la réaliser.

Lors d’une rencontre savante, en novembre, à Illiers-Combray, où, par amour pour Proust, j’ai élu domicile, il m’a fortement incité à me lancer, alors qu’il me connaissait à peine. Il m’a ensuite fourni l’aide technique pour y parvenir, se substituant même à moi pour les phases essentielles.

Les premiers mots sur ce blog sont donc les siens. Et je me réjouis qu’il annonce (sans me consulter) la publication prochaine de la plus longue phrase d’À la Recherche du Temps perdu.

C’est bien vu car elle préfigure l’idée que je me fais de mon blog qui ne vivra pas sans vous.

Je n’ai pas la prétention de m’affirmer Proustologue (d’une intelligence moyenne, je n’ai pas les compétences des spécialistes), ni l’outrecuidance de me présenter Proustien (qui épouse et maîtrise la pensée du maître).

Je me veux tout bonnement proustiste. Fan, quoi ! mieux : fou de Proust ! Et tout est dit.

Mes limites posées, je n’en oserai que davantage des points de vue qui paraîtront iconoclastes à certains. Ainsi, l’une mes toutes premières interventions sera consacrée au refus de parler du Narrateur, choisissant le terme Héros.

Mais l’essentiel sera la masse de fichiers consacrés aux près de trois mille personnages (fictifs et réels) des sept tomes (puis aux œuvres citées, aux plantes, aux lieux, etc.).

Vous êtes instamment priés d’apporter vos commentaires que j’aurai plaisir, après validation, à intégrer dans mon travail gigantesque, oserais-je dire cathédralesque ?

Pour ce qui concerne la phrase la plus longue, les spécialistes se trompent pour la plupart — les tous derniers, nos chers Enthoven, en ont trouvé une de 394 mots et 2 417 caractères. Erreur : ajoutez cent mots, puis encore cent, cent de plus, et toujours cent. Ne vous arrêtez qu’à 849 et comptez 5 227 caractères.

Le voilà le plus grand ensemble compris entre deux points, définition d’une phrase de bon aloi.

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

5 comments to “Parole de proustiste”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. bravo pour le premier billet, c’est comme la bouteille de champ’ lancée sur la coque du navire !

  2. Bon vent au blog, félicitations pour le passage a la technologie… je suis sûr que maintenant le passage des données récoltées sur les personnages et les lieux vers internet se fera vite!

  3. Gauthier Yvette says: -#1

    Cette phrase la plus longue de l’œuvre de Marcel Proust, est aussi la phrase la plus longue de l’histoire de la littérature française. Elle avait été écrite au sol, sur les trottoirs de La Charité-sur-Loire (58) en 2005, de la gare à la Loire, à l’occasion du premier Festival du Mot. Malheureusement depuis 2005 les trottoirs ont été refaits et la phrase a disparu!
    Bravo pour ce nouveau blog! Je vais devenir Fan!

  4. Ah, fate! To have discovered your « blog » is a true joy. Tears flow, however, as I must translate your interesting words into English.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et