Quizz 5

Quizz 5

Les étrangers dans la Recherche

 

Mots, êtres, choses, etc. : Partons à la recherche des étrangers dans l’œuvre proustienne.

 

1

*Quel est le nom du prince von ?

1) Faffenheim-Cobourg-Wittgenstein, 2) Faffenheim-Munsterburg-Weinigen, 3) Faffenheim-Schlegel-Hohenfelsen

2) Faffenheim-Munsterburg-Weinigen.

August Wilhelm von Schlegel est un philosophe et théoricien du mouvement romantique compatriote du prince von III

Les Cobourg sont des aristocrates allemands relations des Guermantes III

Hohenfelsen est une comtesse russe VII

Sayn-Wittgenstein est une princesse III

 

2

*Quelle divinité hindoue est-elle citée dans la Recherche ?

1) Brahma, 2) Shiva, 3) Vichnou

1) Brahma.

— Je veux savoir ce que vous disiez de Mécène. Ça m’amuse, moi, na ! » redit Mme Verdurin à Brichot, par une amabilité qui grisa celui-ci. Aussi pour briller aux yeux de la Patronne et peut-être aux miens : « Mais à vrai dire, Madame, Mécène m’intéresse surtout parce qu’il est le premier apôtre de marque de ce Dieu chinois qui compte aujourd’hui en France plus de sectateurs que Brahma, que le Christ lui-même, le très puissant Dieu Je-Men-Fou. » IV

 

3

*Comment les Anglais appellent-ils les toilettes selon le Héros ?

1) Lavabo, 2) lavatory, 3) waters

1) Lavabo. En réalité, il disent lavatory. Waters est utilisé par Cottard. Le Héros attribue water-closets à une anglomanie erronée.

Je dus quitter un instant Gilberte, Françoise m’ayant appelé. Il me fallut l’accompagner dans un petit pavillon treillissé de vert, assez semblable aux bureaux d’octroi désaffectés du vieux Paris, et dans lequel étaient depuis peu installés, ce qu’on appelle en Angleterre un lavabo, et en France, par une anglomanie mal informée, des water-closets. II

[Saniette] enfila le couloir en feignant de chercher ce que Cottard appelait les « waters ». IV

 

4

*Quelle est la nationalité du médecin sud-américain appelé à soigner les étouffements du Héros ?

1) Argentin, 2) brésilien, 3) chilien

2) brésilien.

Tout d’un coup je me rappelai : ce même regard, je l’avais vu dans les yeux d’un médecin brésilien qui prétendait guérir les étouffements du genre de ceux que j’avais par d’absurdes inhalations d’essences de plantes. III

 

5

*Quel Russe réel manque-t-il parmi ces compatriotes (réels ou fictifs) dont le nom se termine en « ine » : Borodine, Krassotkine, Raspoutine ?

Lénine.

Il est cité parmi les expressions aussi creuses que pédantes de Brichot pendant la guerre : « Lénine parle, mais autant en emporte le vent de la steppe ». VII

 

6

*D’où les tableaux de Hals à Haarlem sont-ils aussi intéressants à voir que de l’intérieur du musée, selon la duchesse de Guermantes ?

1) d’un bateau, 2) d’un tramway, 3) du trottoir

3) D’un tramway.

— Comment ! vous avez fait le voyage de Hollande et vous n’êtes pas allé à Haarlem ? s’écria la duchesse. Mais quand même vous n’auriez eu qu’un quart d’heure c’est une chose extraordinaire à avoir vue que les Hals. Je dirais volontiers que quelqu’un qui ne pourrait les voir que du haut d’une impériale de tramway sans s’arrêter, s’ils étaient exposés dehors, devrait ouvrir les yeux tout grands. […] Derrière les verres grossissants, même ceux des jugements de Mme de Guermantes qui m’avaient paru bêtes (par exemple, sur Frans Hals qu’il aurait fallu voir d’un tramway) prenaient une vie, une profondeur extraordinaires. Et je dois dire que si cette exaltation tomba vite elle n’était pas absolument insensée. De même que nous pouvons un beau jour être heureux de connaître la personne que nous dédaignions le plus, parce qu’elle se trouve être liée avec une jeune fille que nous aimons, à qui elle peut nous présenter, et nous offre ainsi de l’utilité et de l’agrément, choses dont nous l’aurions crue à jamais dénuée, il n’y a pas de propos, pas plus que de relations, dont on puisse être certain qu’on ne tirera pas un jour quelque chose. Ce que m’avait dit Mme de Guermantes sur les tableaux qui seraient intéressants à voir, même d’un tramway, était faux, mais contenait une part de vérité qui me fut précieuse dans la suite (III, 367/384)

 

7

*Quel engin guerrier n’est-il pas cité dans Le Temps retrouvé ?

1) Bertha, 2) Panzer, 3) Zeppelin

2) Panzer. Le mot signifie blindé.

Les Berthas sont des canons à longue portée qui bombardent Paris en 1918. Ils sont fabriqués par les usines de M. Krupp, dans la Ruhr, dont la fille, Bertha, a donné son surnom à un gros obusier.

Eût-on dit aux Français qu’ils allaient être battus qu’aucun Français ne se fût moins désespéré que si on lui avait dit qu’il allait être tué par les berthas. VII

Les zeppelins sont des grands dirigeables rigides, à carcasses métalliques, créés par le comte de Zeppelin et que les Allemands construisent de 1900 à 1937.

[Charlus :] « D’ailleurs, j’ajoute que j’admire autant les Allemands qui montent dans des gothas. Et sur des zeppelins, pensez le courage qu’il faut. Mais ce sont des héros tout simplement. VII

 

8

*Que ne souhaite pas Odette Swann ?

1) Good evening, 2) Good morning, 3) Good night

3) Good night.

Je fus reçu par Mme Swann : « Oh ! elle va être désolée, me dit-elle, je ne sais pas comment elle n’est pas là. Elle a eu très chaud tantôt à un cours, elle m’a dit qu’elle voulait aller prendre un peu l’air avec une de ses amies. » « Je crois que je l’ai aperçue avenue des Champs-Élysées. » «Je ne pense pas que ce fût elle. En tous cas ne le dites pas à son père, il n’aime pas qu’elle sorte à ces heures-là. Good evening. » II

Dès son arrivée, je saluais Mme Swann, elle m’arrêtait et me disait : « Good morning » en souriant. Nous faisions quelques pas. II

 

9

*Combien de marches le dôme de Milan compte-t-il ?

1) 97, 2) 194), 3) 291

2) 194.

Mais ce qui est incontestablement le plus curieux dans notre église, c’est le point de vue qu’on a du clocher et qui est grandiose. Certainement, pour vous qui n’êtes pas très forte, je ne vous conseillerais pas de monter nos quatre-vingt-dix-sept marches, juste la moitié du célèbre dôme de Milan. (I)

 

10

*Quel peintre hollandais n’est-il pas cité dans la Recherche ?

1) Rembrandt, 2) Van Dyck, 3) Ver Meer.

2) Van Dyck.

 

11

*Comment Bloch réagit-il quand il apprend que « lift » se « prononce « lift » et non « laïft » ?

1) « Ah ! on dit lift. […] Cela n’a d’ailleurs aucune espèce d’importance. », 2) « Ah ! on dit lift. […] Je l’ignorais. », 3) « Ah ! on dit lift. […] Je n’en crois pas un mot. »

1) Ce que Bloch prouva quelque temps après, un jour qu’il m’entendit prononcer « lift », en interrompant : « Ah ! on dit lift. » Et d’un ton sec et hautain : « Cela n’a d’ailleurs aucune espèce d’importance. » II

 

12

*Quelle ville de Mésopotamie n’est-elle pas citée ?

1) Bassora, 2) Ctésiphon, 3) Kout-el-Amara

2) Ctésiphon.

Mais les gâteaux étaient instruits, les tartes étaient bavardes. Il y avait dans les premiers des fadeurs de crème et dans les secondes des fraîcheurs de fruits qui en savaient long sur Combray, sur Gilberte, non seulement la Gilberte de Combray mais celle de Paris aux goûters de qui je les avais retrouvés. Ils me rappelaient ces assiettes à petits fours, des Mille et une Nuits, qui distrayaient tant de leurs « sujets » ma tante Léonie quand Françoise lui apportait un jour Aladin ou la Lampe Merveilleuse, un autre Ali-Baba, le Dormeur éveillé ou Simbad le Marin embarquant à Bassora avec toutes ses richesses. J’aurais bien voulu les revoir, mais ma grand’mère ne savait pas ce qu’elles étaient devenues et croyait d’ailleurs que c’était de vulgaires assiettes achetées dans le pays. II

Et j’avoue que, pensant aux lectures que j’avais faites à Balbec, non loin de Robert, j’étais très impressionné, comme dans la campagne de France de retrouver la tranchée de Mme de Sévigné, en Orient, à propos du siège de Kout-el-Amara (Kout l’émir, « comme nous disons Vaux-le-Vicomte et Boilleau-l’Évêque », aurait dit le curé de Combray, s’il avait étendu sa soif d’étymologie aux langues orientales), de voir revenir auprès de Bagdad ce nom de Bassorah dont il est tant question dans les Mille et une Nuits et que gagne chaque fois, après avoir quitté Bagdad ou avant d’y rentrer, pour s’embarquer ou débarquer, bien avant le général Townsend et le général Gorringer, aux temps des Khalifes, Simbad le Marin. VII

 

13

*Qu’a offert le prince de Faffenheim-Munsterburg-Weinigen au marquis de Norpois dans l’espoir d’obtenir sa voix à l’Académie des Sciences morales et politiques ?

1) Des manuscrits allemands, 2) des estampes japonaises, 3) des décorations russes

3) des décorations russes.

Mais il avait eu beau multiplier les amabilités, faire avoir au marquis des décorations russes, le citer dans des articles de politique étrangère, il avait eu devant lui un ingrat, un homme pour qui toutes ces prévenances avaient l’air de ne pas compter, qui n’avait pas fait avancer sa candidature d’un pas, ne lui avait même pas promis sa voix ! III

 

14

*Quelle ville chinoise est-elle citée dans la Recherche ?

1) Canton, 2) Pékin, 3) Shanghai

1) Canton.

« Ce qui plaît aux uns déplaît aux autres, et vice versa, répondit M. de Bréauté. Dans la province de Canton, en Chine, on ne peut pas vous offrir un plus fin régal que des œufs d’ortolan complètement pourris. » III

Si pékin existe, c’est sous forme de tissu en soie (« ces toilettes légères, blanches et unies, en toile, en linon, en pékin, en coutil », II ; « la jupe de pékin bleu », III)

 

15

*À quel personnage asiatique le directeur du Grand-Hôtel de Balbec ressemble-t-il, selon le Héros ?

1) un bouddha, 2) un poussah, 3) un rajah

2) un poussah.

le directeur, sorte de poussah à la figure et à la voix pleines de cicatrices (qu’avait laissées l’extirpation sur l’une, de nombreux boutons, sur l’autre des divers accents dus à des origines lointaines et à une enfance cosmopolite), au smoking de mondain, au regard de psychologue, prenant généralement à l’arrivée de l’« omnibus », les grands seigneurs pour des râleux et les rats d’hôtel pour des grands seigneurs. II

 

16

*Quelle est la nationalité du jeune sud-américain que Charlus regarde au concert chez les Verdurin ?

1) bolivien, 2), colombien, 3) péruvien

3) péruvien.

Mais déjà le nouveau regard furtif lancé sur elle avait fait comprendre à Édith tout ce que cachait le langage compliqué de M. de Charlus. Ce regard fut même si fort qu’après avoir frappé Mme de Valcourt, le secret évident et l’intention de cachotterie qu’il contenait rebondirent sur un jeune Péruvien que Mme de Mortemart comptait, au contraire, inviter. V

 

17

*Lequel de ces pays d’Europe centrale n’est-il pas cité dans la Recherche ?

1) Bulgarie, 2) Hongrie, 3) Roumanie, 4) Serbie, 5) Yougoslavie

5) Yougoslavie.

Bulgarie (III, VII), Hongrie (IV), Roumanie (II, IV, VII), Serbie (IV, VI, VII)

 

18

Quelle formule Odette n’utilise-t-elle pas ?

1) My darling, 2) my dear, 3) my love

1) My darling. Elle dit « Darling » sans rien devant.

Il est vrai qu’un jour Forcheville avait demandé à être ramené en même temps, mais comme, arrivé devant la porte d’Odette il avait sollicité la permission d’entrer aussi, Odette lui avait répondu en montrant Swann : « Ah ! cela dépend de ce monsieur-là, demandez-lui. Enfin, entrez un moment si vous voulez, mais pas longtemps parce que je vous préviens qu’il aime causer tranquillement avec moi, et qu’il n’aime pas beaucoup qu’il y ait des visites quand il vient. Ah ! si vous connaissiez cet être-là autant que je le connais ; n’est-ce pas, my love, il n’y a que moi qui vous connaisse bien ? » I

Odette eût pu jouer encore. Je lui fis des compliments sur sa jeunesse. Elle me dit : « Vous êtes gentil, my dear, merci » VII

Mais elle a l’air d’une ouvreuse, d’une vieille concierge, darling ! Ça, une marquise ! Je ne suis pas marquise, mais il faudrait me payer bien cher pour me faire sortir nippée comme ça ! I

 

19
*Quel empereur chinois n’est-il pas cité dans la Recherche ?

1) Kang-Hi, 2) Tching-Hong, 3) Yung-Tsching

1) Kang-Hi, de la dynastie Qing.

Tching-Hong et Yang-Tsching sont cités dans le pastiche du Journal inédit des Goncourt, dans Le Temps retrouvé. Le premier est fictif, le second est empereur de la dynastie Qing.

 

20

*Qu’est-ce qui n’accompagne pas le thé d’Odette Swann au « Thé de la Rue Royale » ?

1) Des cookies, 2) des muffins, 3) des toasts

1) Des cookies.

Aussi, quand elle avait l’air heureux parce qu’elle devait aller à la Reine Topaze, ou que son regard devenait sérieux, inquiet et volontaire, si elle avait peur de manquer la fête des fleurs ou simplement l’heure du thé, avec muffins et toasts, au « Thé de la Rue Royale » où elle croyait que l’assiduité était indispensable pour consacrer la réputation d’élégance d’une femme, Swann, transporté comme nous le sommes par le naturel d’un enfant ou par la vérité d’un portrait qui semble sur le point de parler, sentait si bien l’âme de sa maîtresse affleurer à son visage qu’il ne pouvait résister à venir l’y toucher avec ses lèvres. (I, 175)

 

21

*Comment Brichot nomme-t-il l’imitation du latin dont il donne un exemple à Charlus ?

1) Latinitas culinaria, 2) latin de cuisine, 3) latin macaronique

3) latin macaronique.

je me souviens maintenant d’une chanson de l’époque qu’on fit en latin macaronique sur certain orage qui surprit le Grand Condé comme il descendait le Rhône en compagnie de son ami le marquis de La Moussaye. Condé dit :

Carus Amicus Mussexus,

            Ah! Deus bonus quod tempus

                                   Landerirette

                       Imbre sumus perituri.

Et La Moussaye le rassure en lui disant :

Securae sunt nostrae vitae

            Sumus enim Sodomitae

            Igne tantum perituri

                                   Landeriri. V

 

22

*Quel est le nom du général afrikaner évoqué par le prince Von ?

1) Botha, 2), Gotha, 3) Lotha

1) Botha.

Louis Botha (1862-1919) est un général de la guerre des Boers.

Un de mes amis a causé récemment avec Botha, vous savez, le chef boer. Il lui disait : « C’est effrayant une armée comme ça. J’aime, d’ailleurs, plutôt les Anglais, mais enfin pensez que moi, qui ne suis qu’un payssan, je les ai rossés dans toutes les batailles. Et à la dernière, comme je succombais sous un nombre d’ennemis vingt fois supérieur, tout en me rendant parce que j’y étais obligé, j’ai encore trouvé le moyen de faire deux mille prisonniers ! Ç’a été bien parce que je n’étais qu’un chef de payssans, mais si jamais ces imbéciles-là avaient à se mesurer avec une vraie armée européenne, on tremble pour eux de penser à ce qui arriverait ! ». III

 

23

*Quelle déesse grecque le Héros invente-t-il ?

1) Mnémotechnie, 2) Mnémotéia, 3) Mnémotitrite

Mnémotechnie.

On a trop dormi, on n’est plus. Le réveil est à peine senti mécaniquement, et sans conscience, comme peut l’être dans un tuyau la fermeture d’un robinet. Une vie plus inanimée que celle de la méduse succède, où l’on croirait aussi bien qu’on est tiré du fond des mers ou revenu du bagne, si seulement l’on pouvait penser quelque chose. Mais alors, du haut du ciel la déesse Mnémotechnie se penche et nous tend sous la forme : « habitude de demander son café au lait » l’espoir de la résurrection. Encore le don subit de la mémoire n’est-il pas toujours aussi simple. V

 

24

*Lequel de ces quotidiens italiens n’est-il pas cité dans la Recherche ?

1) Corriere della Sera, 2) Gazetta del Popolo, 3) Messagero Veneto

3) Messagero Veneto.

[M. de Norpois à Mme de Villeparisis :] «Tenez, je vous apporte des journaux, le Corriere della Sera, la Gazzetta del Popolo, etc. Est-ce que vous savez qu’il est fortement question d’un mouvement diplomatique dont le premier bouc émissaire serait Paléologue, notoirement insuffisant en Serbie ? VI

 

25

*Lequel de ces mots n’est-il pas affublé d’un « k » pour montrer la prétendue lourdeur des Allemands ?

1) Caresse, 2) colossal, 3) culture

1) Caresse.

[Charlus :] le public, qui avait résisté aux modernistes de la littérature et de l’art, suit ceux de la guerre, parce que c’est une mode adoptée de penser ainsi et puis que les petits esprits sont écrasés non par la beauté, mais par l’énormité de l’action. On n’écrit plus kolossal qu’avec un k, mais au fond, ce devant quoi on s’agenouille c’est bien du colossal. VII

[Charlus citant Norpois :] « la fameuse Kultur qui consiste à assassiner des femmes et des enfants sans défense » VII

Si quelqu’un disait le mot culture, elle [la duchesse de Guermantes] l’arrêtait, souriait, allumait son beau regard, et lançait : « la KKKKultur ». VII

 

26

Laquelle de ces monnaies est-elle citée ?

1) dollar, 2) mark, 3) peseta

3) peseta

[Le maître d’hôtel :] Et puis les officiers qu’est-ce que ça peut leur faire, ils touchent leurs pesetas, c’est tout ce qu’ils demandent. » VII

Le seul « Mark » cité est un souverain de légende : je m’efforçais, pour penser que j’étais dans l’antique royaume des Cimmériens, dans la patrie peut-être du roi Mark ou sur l’emplacement de la forêt de Brocéliande, de ne pas regarder le luxe de pacotille des constructions qui se développaient devant moi… II

 

27

Quelle formule grecque le docteur Cottard utilise-t-il sans la traduire ?

1) Connais-toi toi-même 2) Ôte-toi de mon soleil, 3) les premiers mots du serment d’Hippocrate

1) Connais-toi toi-même.

[Cottard:] Le sage est forcément sceptique, répondit le docteur. Que sais-je ? gnôthi seauton [en caractères grecs, Γνῶθι σεαυτόν, Connais-toi toi-même], disait Socrate. C’est très juste, l’excès en tout est un défaut. Mais je reste bleu quand je pense que cela a suffi à faire durer le nom de Socrate jusqu’à nos jours. Qu’est-ce qu’il y a dans cette philosophie ? peu de chose en somme. Quand on pense que Charcot et d’autres ont fait des travaux mille fois plus remarquables et qui s’appuient, au moins, sur quelque chose, sur la suppression du réflexe pupillaire comme syndrome de la paralysie générale, et qu’ils sont presque oubliés ! En somme, Socrate, ce n’est pas extraordinaire. Ce sont des gens qui n’avaient rien à faire, qui passaient toute leur journée à se promener, à discutailler. C’est comme Jésus-Christ : Aimez-vous les uns les autres, c’est très joli. — Mon ami…, pria Mme Cottard. — Naturellement, ma femme proteste, ce sont toutes des névrosées. — Mais, mon petit docteur, je ne suis pas névrosée, murmura Mme Cottard. — Comment, elle n’est pas névrosée ? quand son fils est malade, elle présente des phénomènes d’insomnie. Mais enfin, je reconnais que Socrate, et le reste, c’est nécessaire pour une culture supérieure, pour avoir des talents d’exposition. Je cite toujours le gnôthi seauton [en caractères grecs, Γνῶθι σεαυτόν,] à mes élèves pour le premier cours. Le père Bouchard, qui l’a su, m’en a félicité. IV

 

28

À quel propos la Recherche dit-elle qu’il est « danois » ?

1) Un fjord, 2) un philosophe, 3) un port

1) un fjord et 3) un port.

Chacun des convives du dîner, affublant le nom mystérieux sous lequel je l’avais seulement connu et rêvé à distance, d’un corps et d’une intelligence pareils ou inférieurs à ceux de toutes les personnes que je connaissais, m’avait donné l’impression de plate vulgarité que peut donner l’entrée dans le port danois d’Elseneur à tout lecteur enfiévré d’Hamlet. III

De même que fleur, que le protégé de Mme de Cambremer se donne une peine infinie pour rattacher tantôt aux mots scandinaves floi, flo, tantôt au mot irlandais ae et aer, est au contraire, à n’en point douter, le fiord des Danois et signifie : port.

Le philosophe est norvégien (À ce moment le repas fut interrompu par un convive que j’ai oublié de citer, un illustre philosophe norvégien. IV)

 

29

Quelle locution latine clôt-elle les lettres du baron Charlus ?

1) Semper fidelis, 2) semper fortis, 3) semper idem

3) Semper idem.

*Aussi, c’est moi maintenant qui me meurs. Votre fidèlement dévoué, Semper idem, P. G. Charlus». VII

 

30

Quel ancien homme d’État allemand prend-il la finesse de son épouse italienne tandis qu’elle prend sa rudesse germanique ?

1) von Bulow, 2) von Escargaw, 3) von Buccin

1) von Bulow, Bernhard (1849-1929), ancien chancelier impérial allemand.

Un ancien chancelier allemand, le prince de Bulow, avait épousé une Italienne. À la longue, sur le Pincio, on remarqua combien l’époux germanique avait pris de finesse italienne, et la princesse italienne de rudesse allemande. IV

Le bulot, l’escargot et le buccin sont des gastéropodes !

 

 

 

Comments are closed.

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et

Visiteurs

312057
Visit Today : 47
Visit Yesterday : 476
Who's Online : 2

Rubriques