Un vrai-faux Proust au service de l’ADN synthétique…

Un vrai-faux Proust au service de l’ADN synthétique…

 

Sans vous connaître véritablement, je suis sûr que vous n’auriez jamais imaginé lire un texte ainsi titré.

Si ça peut vous rassurer, je n’aurais jamais envisagé l’écrire !

J’y ai été conduit en lisant un article du supplément Science & Médecine du Monde daté du 1er mars. Sur une double page, une enquête explique que l’ADN est une piste pour la sauvegarde de nos archives. J’ai bien compris que c’est « un Lego formé de l’assemblage de quatre molécules, les bases ou oligonucléotides : l’adénine, la cytosine, la thymine et la guanine ». De même, j’ai retenu qu’en 1964, « le physicien soviétique Mikhaïl Neiman avait suggéré qu’on utilise ces quatre “lettres“, A, C, T, et G, pour mimer les 0 et les 1 de nos ordinateurs ».

À l’appui, mon quotidien vespéral préféré propose une infographie commençant par un texte que vous pouvez deviner : le début d’À la recherche du temps perdu — sans citer ni l’œuvre ni son auteur. Finalement, c’est préférable puisque Le Monde a remplacé « couché » par « levé ». Rien que ça !

 

Pour le reste, parlant simplement, je n’y ai compris que pouic !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Un vrai-faux Proust au service de l’ADN synthétique…”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Il est précisé que « c’est un outil pour l’archivage de données auxquelles on accède peu souvent »! Donc certainement pas pour le Fou de Proust qui n’a pas à regretter de n’y avoir compris que dalle.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et