D’un buste à l’autre

D’un buste à l’autre

 

C’est le mot en vogue à Illiers-Combray… Dans l’église, le buste de saint Jacques qui s’assombrissait sous un sale maquillage à gauche de l’autel vient de bénéficier d’une cure de jouvence.

(Photo PL)

 

Monumental, il est le vestige d’une maquette en plâtre de 3, 80 m offerte par Napoléon III au conseil municipal, tirée de la statue de la Tour Saint-Jacques à Paris. Sur sa colonne, il surplombe désormais majestueusement le chœur.

Pendant ce temps, la sculptrice Ybah peaufine un autre buste, pas moins que celui de Marcel Proust.

Nous en étions resté aux échanges du maire d’Illiers-Combray avec un jeune artiste local et gourmand. C’est de l’histoire ancienne. Depuis, il en a coulé du bronze sur les rêves proustiens.

 

Ce que l’on sait grâce au site officiel d’Ybah, à l’onglet Actualité, c’est qu’elle répond à une « Commande publique du Buste de MARCEL PROUST PAR LA VILLE D’ILLIERS COMBRAY ». Inauguration  prévue au « printemps 2017 ».

 

« C’est un véritable corps à corps dans une perpétuelle quête du Vrai, du Beau, que mes sculptures prennent vie sous mes mains », écrit-elle, offrant des images de quelques-unes de ses œuvres :

 

Sur sa page Facebook, l’artiste en livre un peu plus à propos des portraits qu’elle réalise « d’après photos et/ou séance de pose » : « ybah va au delà de la ressemblance, elle traduit les non dits, les sentiments les plus complexe, elle donne une autre dimension de la véritable beauté, celle des corps imparfaits, de la vieillesse, de la souffrance et de leur sensualité existante et légitime à l’instart des dictats de la mode et du bien pardon, du beau pensant. »

 

Qui en premier débusquera le buste de Proust ? Le concours est lancé.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

5 comments to “D’un buste à l’autre”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. à l’instarT : si c’est voulu, c’est joli, quoiqu’un peu présomptueux, non ?

    (sourire)

  2. Télescopage des bustes, des images, de leur réception et de l’attente du public.
    Marcelita Swann nous a tout récemment rapporté ce commentaire outré devant le temps qui passe : « could you believe that the man on the yacht, identified as Marcel Proust is 33 or 34, he looks like a sick old grotesque puppet? Who is the real Marcel? ».
    André Gunthert, dans https://imagesociale.fr/4157, nous montre qu' »Un point commun aux deux cas est une connaissance paradoxale du visage de l’écrivain. Celui-ci est tout à la fois célèbre et mal connu: célèbre à travers une imagerie de quelques portraits, toujours les mêmes, rituellement reproduits « .
    Je me rappelle une visite à l’atelier d’une sculptrice qui, ayant une commande d’une ville chinoise pour un buste de Victor Hugo, avait exposé une série de portraits de l’écrivain, notamment de fort expressifs à l’âge mûr. Elle me déclara alors qu’elle n’allait pas les utiliser, car « pour les Chinois, Victor Hugo ne peut être qu’un vieux monsieur ».
    Croyez-vous que le prochain buste de Proust aura la moustache épaisse sur visage de même, ou bien sera l’icône du dandy ?

    Quant au buste de Saint-Jacques, il m’évoque une autre croyance bien ancrée et déconstruite en recherche historique, celle des chemins de pèlerinage de masse à Compostelle au Moyen-Age. Voir http://www.slate.fr/story/76882/compostelle-invention-moderne , bonne introduction à la thèse de Denise Péricard-Méa. La croyance à l’Apparition filmée de Proust aura-t-elle ce succès ?
    Il n’est pas besoin de croire pour marcher à Compostelle (je l’ai fait) ni pour aller à Illiers (je le ferai, mais en voiture).

    • My Proust Pal, Sylvia Lopez, and I were musing, « Maybe Proust grew, and kept, a thick mustache…so it would help filter out the dust/pollen before it reached his lungs? »

      Considering Proust had a mental box to « decontaminate » his letters…this actually makes sense. After all, we have hairs in our nostrils. 😉

  3. PS : le pompon serait que Patrice Louis ait à contempler régulièrement une fidèle reproduction du moustachu de la Madeleine. Ce n’est pas exclu…

  4. N’empêche, outre le boursouflé de la présentation par l’artiste de ses propres oeuvres, (quel que soit le résultat, d’ailleurs) je regretterai toujours le contresens d’un buste -qui fait toujours tellement homme politique- à Illiers-Combray, à la place d’une statue évoquant l’enfant Proust…

    Au musée Jacquemart-André (qui évoque le plus irrésistiblement l’univers proustien), le visiteur est accueilli par une statue gracieuse de « petite fille aux tourterelles » de Luigi Pampanoli, qui fait penser à Ingres : preuve qu’on peut représenter un enfant sans tomber dans le poulbotisme…

    Une statue de Marcel Proust, enfant de 8 à 10 ans, à Combray : cette évidence était-elle trop demander ? Fallait-il y substituer  » (la beauté) des corps imparfaits, de la vieillesse, de la souffrance et de leur sensualité existante et légitime  » ???

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et