L’ai-je bien descendu ?

L’ai-je bien descendu ?

 

Oui, c’est lui !

 

Proust devant la caméra ! Marcel qui bouge !

 

Les Classiques Garnier viennent de mettre en ligne un document exceptionnel : des images de l’écrivain foulant en 1904 le tapis rouge de l’église parisienne où se marient son ami le duc Armand de Guiche et Elaine, la fille de la duchesse de Guermantes — pardon de la comtesse Greffulhe.

C’est à l’occasion de la publication de l’éditeur du n° 4 de la Revue d’études proustiennes, dirigée par Luc Fraisse. Parmi les contributions, celle de Jean-Pierre Sirois-Trahan. Ce professeur à l’Université Laval de Québec, a récemment retrouvé aux archives du Centre National du Cinéma (CNC) le film de la cérémonie. Un jeune homme en redingote grise déboutonnée et chapeau melon noir rabattu sur les yeux apparaît à la 37e seconde : Marcel Proust.

‪https://www.classiques-garnier.com/editions/

 

Lors de la première de la revue Vive Paris, en 1933, au Casino de Paris, Cécile Sorel, dans le rôle de Célimène, après avoir descendu avec succès le grand escalier, apostropha Mistinguett, placée à l’avant-scène, avec la phrase devenue célèbre : « L’ai-je bien descendu ? » (pour écouter, cliquez sur Cécile Sorel*).

 

C’est avec une réelle émotion que nous pouvons assurer à Marcel Proust, avec un léger différé, qu’il a bien descendu l’escalier et fait forte impression sur la pellicule !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

6 comments to “L’ai-je bien descendu ?”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Merci pour le lien classiques garnier. 2secondes de Proust en mouvement… la madeleine de la journée. Cdlt

  2. Incroyable ! Quelle émotion ! Merci pour cette pépite. Joli cadeau pour la Saint-Valentin (l’un des prénoms de Marcel).

  3. This is so amazing! I can’t believe we are able to see Marcel in movement! Merci beaucoup!

  4. Mon dieu, qu’il était jeune ! Et qu’il semblait frêle, glabre et seul, au milieu de tous ces couples bien accrochés par le bras, Femmes aux poitrines opulentes et Hommes pourvus de favoris et rouflaquettes, Dames et Messieurs « de la haute » marchant derrière des Suisses ma foi tout aussi pénétrés de l’importance sociale de l’évènement…

  5. Un passant si considérable, et qui passe si vite.
    Il nous manque malheureusement sa voix. Est-il vrai qu’il en a fait un enregistrement sur rouleau, en compagnie de Baudelaire (?), rouleau qu’il aurait payé et emporté, mais qui n’a pas été retrouvé.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.