Moins 6 au bord du Loir

Moins 6 au bord du Loir

 

Ce n’est pas un horaire mais une température… Mais ce n’est pas parce qu’il fait frisquet à Illiers-Combray qu’il faut renoncer à la promenade quotidienne.

Et puis, nous n’en sommes pas encore au « froid de dix degrés au-dessous de zéro » évoqué dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Moins six, c’est déjà bien.

(Samsung photographié par un iphone — pas de jaloux)

 

Le Loir gèle (un peu) à la Grève.

 

Au niveau du pont Saint-Hilaire, il n’y a pas assez d’eau pour qu’elle gèle.

 

L’important, c’est d’être bien emmitouflé.

 

Ainsi couvert, je me suis senti semblable à la Patronne « dans l’emmitouflement de son manteau fourré de grèbe, aussi duveteux que les blanches fourrures qui tapissaient ce salon au sein duquel Mme Verdurin était elle-même un salon » II….

… ou comme la campagne « emmitouflée encore dans sa douce et blanche robe matinale de brouillard qui ne me laissait presque rien distinguer. » II

(Photos PL)

Ah, ce qu’on est bien chez soi !

 

Parole de proustiste..

Patrice Louis

 

PS : Au bord de la Vivonne, la température est la même.

 

 

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Moins 6 au bord du Loir”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Le même jour, à l’endroit où j’ai élu domicile au Canada, il faisait un presque floridien deux degrés centigrades. Toutefois, si cela peut vous consoler, voilà une semaine, il faisait moins vingt-huit (moins trente-cinq avec le facteur éolien) avec un soleil si éblouissant que même les chevreuils se sont vus contraints de porter des lunettes de soleil!

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et