Lire Proust ? Une fois ne suffit pas !

Lire Proust ? Une fois ne suffit pas !

 

Comme la réponse du berger à la bergère… Il y a ceux qui répugnent à lire la Recherche (voir la chronique d’hier) et il y a ceux qui ne peuvent s’en passer.

Ainsi, Patrick Besson, auteur d’une savoureuse (comme souvent) chronique dans Le Point à la mi-décembre 2016 (que les fêtes, là encore, m’ont empêché de lire plus tôt) :

« Relire Proust […] J’avais mis vingt-sept ans (1967-1994) à finir les sept volumes du second roman de l’écrivain Beauceron, commencés à onze ans sur la ligne 9 du métro parisien et terminés à 38 sur la plage de Sörmjöle (Suède). Quand je suis arrivé au « Temps retrouvé », j’avais oublié ce qui se passait dans « Du côté de chez Swann ». Lire Proust une fois dans sa vie, ce n’est pas assez. Il en faut au moins deux : quand on est jeune et quand on est vieux. D’abord on imagine l’existence telle qu’elle est, puis on la retrouve telle qu’elle fut. Et peut-être aussi une fois quand on n’est ni jeune ni vieux, sans arrière-pensée mélancolique, pour le plaisir des mots qui forment les plus belles phrases du monde.

La première chose qu’on se dit en ouvrant « Du côté de chez Swann » : pourquoi a-t-on écrit après Proust ? À quoi ça a servi ? Ce n’était pas la peine. […] »

Du coup, si la question de Besson est légitime, j’en pose une autre, subsidiaire  : pourquoi lire des écrivains postérieurs à Proust ? Non content d’être fou, provocateur !

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et