Le fou tamponné

Le fou tamponné

 

Cette chronique est la 2 365e !

Ce blogue a un peu plus de trois ans et certains — peut-être — nourrissent l’espoir que le fou de Proust s’est calmé, qu’il est assagi, qu’il est devenu raisonnable.

Mon approche que j’espère originale d’À la recherche du temps perdu, pour espiègle qu’elle soit, n’en est pas moins sérieuse. Mais je le confesse : fou (de Proust) je suis et je le reste.

Une photo l’illustre et le confirme en ce premier jour de l’an 2017 :

(Photo DR)

(Photo DR)

Non content d’être siphonné, je m’affiche tamponné ! C’est dans la très vénérable maison de tante Léonie que ce estampillage a été réalisé avec le cachet de la non moins respectable Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray, ma chère Sampac.

J’en suis désolé pour les Proustiens fondamentaux et leur présente mes meilleurs vœux ainsi qu’aux Proustiennes et Proustiens dont l’œuvre du cher Marcel nourrit la jubilation.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Chronique/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et