Longtemps, je me suis, etc.

Longtemps, je me suis, etc.

 

… et le reste ! Imaginez qu’À la recherche du temps perdu soit interrompu par cette formule permettant de faire l’économie de ce qui suit. Nous aurions l’œuvre la plus courte de la littérature française, et d’ailleurs mondiale.

 

Ah, cet abrégé d’et cetera. Marcel Proust s’en sert cent quarante-et-une fois.

 

La première, c’est pour couper court à une liste de comédiens :

*Plus tard, quand je fus au collège, chaque fois que pendant les classes, je correspondais, aussitôt que le professeur avait la tête tournée, avec un nouvel ami, ma première question était toujours pour lui demander s’il était déjà allé au théâtre et s’il trouvait que le plus grand acteur était bien Got, le second Delaunay, etc. I

 

L’ultime occurrence permet de faire l’économie de bizarreries animales :

*Et avoir un corps, c’est la grande menace pour l’esprit, la vie humaine et pensante, dont il faut sans doute moins dire qu’elle est un miraculeux perfectionnement de la vie animale et physique, mais plutôt qu’elle est une imperfection encore aussi rudimentaire qu’est l’existence commune des protozoaires en polypiers, que le corps de la baleine, etc., dans l’organisation de la vie spirituelle. VII

 

Entre les deux, six utilisations doublées : etc., etc., dont celle-ci :

Mais de quelques belles paroles qu’il colorât ses haines, on sentait que, même s’il y avait tantôt de l’orgueil offensé, tantôt un amour déçu, ou une rancune, du sadisme, une taquinerie, une idée fixe, cet homme était capable d’assassiner et de prouver à force de logique et de beau langage qu’il avait eu raison de le faire et n’en était pas moins supérieur de cent coudées à son frère, sa belle-sœur, etc., etc. III

 

Abréger, résumer, synthétiser la Recherche : fantasme absolu. Les propositions sont diverses : l’amie Laurence Grenier a publié une Recherche en 500 pages regrettant que certains pour la « déconsidérer » trouvent que ce Proust pour tous est un « crime ».

 

Il y a l’absurde et le burlesque de la série télévisée Monty Python’s Flying Circus. Un sketch propose un « concours de résumé de Proust », les concurrents ayant quinze secondes pour raconter les trois mille pages, d’abord en maillot de bain puis en tenue de soirée.

Le présentateur, Arthur Mee, accueille le premier concurrent : Harry Bagot : « Ronald Rutherford : « Swann… une maison… un matin… non, un soir… un jardin… quelqu’un entre… Quel est son nom ?… Mon Dieu… Swann, Swann… » Gong !

La Chorale de Bingley et son directeur, la superintendant McGough. Sept hommes chantent : « Dans le premier volume, Proust écrit, Proust écrit, Proust écrit… » Gong !

Devant la série d’échecs, le présentateur choisit de récompenser une femme, celle qui a « les plus gros nichons » !

 

Autres propositions :

He bit into the Madeleine cookie and then wrote seven volumes of memoirs (Il a mordu dans la Madeleine et a alors écrit sept tomes de mémoires). Rebecca Todd, neuroscientifique à l’Université de la Colombie Britannique, à Vancouver, Canada.

Récit d’un désir d’écrire, Roland Barthes

Ce soir, j’attends Madeleine / Veni, vidi, scripti, Clopine Trouillefou

Voyage au fond de la mémoire / je cherche après Titine (réducteur) / Longtemps j’ai cherché le bonheur moins réducteur), Fétiveau

Marcel devient écrivain, Gérard Genette

Marcel devient un grand écrivain, Vincent Descombes

Marcel finit par devenir écrivain, Évelyne Birge-Vitz

 

Pour ma part, en un paragraphe…

: Des trouvailles sur une madeleine amollie, un baiser maternel, des femmes se fanant, des hommes se fardant, un monde finissant, des sentiment éternels dans une écriture recherchée.

 

… en une douzaine de mots…

Une vie à écrire l’impossibilité d’écrire ne serait-ce qu’une page.

 

… et en trois :

Marcel devient Proust.

 

Le record de brièveté, à ce jour :

Proust observes, Marcelita Swann

 

Le jeu n’en finit pas.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

2 comments to “Longtemps, je me suis, etc.”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Il ne serait pas étonnant que quelque blasphémateur (peut-être même un proustien sadique!) ait donné de la Recherche la définition suivante (horresco referens): « Voyage au bout de l’ennui ».
    Je n’ai pas trouvé dans Internet cette formule célinienne, qui est d’ailleurs utilisée à tout propos, appliquée à la Recherche. Qu’en conclure?

  2. Patrice here is another attempt:

    Patrick Alexander’s (http://www.proust-ink.com/patrickalexander/)

    « Summarize Proust Challenge »
    Video (English):
    https://m.youtube.com/watch?v=CdIZUomR21M

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et