Illiers-Combray illustré

Illiers-Combray illustré

 

Profitons des Fêtes pour embarquer dans une promenade au pays de Léonie.

Les mots (en italique) sont de Marcel Proust ; les liaisons et les images, du Fou de Proust — une série en douze épisodes.

 

I La gare

 

Si l’on peut arriver à Illiers-Combray en voiture, l’autre choix est le train que les Proustiens, surtout les étrangers, empruntent comme leur auteur préféré, la première fois en 1878 — juste à l’âge de raison, et qu’il raconte dès les premières pages.

 

La première locomotive est arrivée deux ans plus tôt à Illiers

01-illiers-gare-hotel-antan

— le 7 mai 1876, mais le projet date de Napoléon III. La ligne qui relie

02-gare-de-chartresChartres à

03-el-brou-gare-du-tramway

Brou est alors exploitée par la Compagnie du chemin de fer d’Orléans à Rouen. Il y a deux trains par jour, un le matin et un le soir. En venant de Paris, les voyageurs dont la famille de Marcel Proust doivent changer à Chartres, sur une ligne ouverte en 1849.

04-gare-in

*On reconnaissait le clocher de Saint-Hilaire de bien loin, inscrivant sa figure inoubliable à l’horizon où Combray n’apparaissait pas encore ; quand du train qui, la semaine de Pâques, nous amenait de Paris, mon père l’apercevait qui filait tour à tour sur tous les sillons du ciel, faisant courir en tous sens son petit coq de fer, il nous disait : « Allons, prenez les couvertures, on est arrivé. » I

 

05-gare-out*chaque année en venant de Paris, on nous recommandait de faire bien attention, quand ce serait Combray, de ne pas laisser passer la station, d’être prêts d’avance car le train repartait au bout de deux minutes. I

 

Deux côtés ? Oui,

06-voie-ferree-chartres-1du côté de Chartres et

07-voie-ferree-courtalain-1 du côté de Courtalain. Celui vers l’Ouest franchit

08-viaduc-1un viaduc au bout de quelques dizaines de mètres.

 

*Parfois nous allions jusqu’au viaduc, dont les enjambées de pierre commençaient à la gare et me représentaient l’exil et la détresse hors du monde civilisé parce que chaque année en venant de Paris, on nous recommandait de faire bien attention, quand ce serait Combray, de ne pas laisser passer la station, d’être prêts d’avance car le train repartait au bout de deux minutes et s’engageait

(Photos PL)

(Photos PL)

 sur le viaduc au delà des pays chrétiens dont Combray marquait pour moi l’extrême limite. I

 

Demain, la maison familiale.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Has one comment to “Illiers-Combray illustré”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Bonjour Patrice, je ne pense pas que la famille Proust changeait de train à Chartres pour venir à Illiers, c’était en effet la ligne Paris-Bordeaux qui passait à Illiers. Vos rubriques sont toujours très intéressantes, encore merci pour leurs richesses.

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et