Toujours bien relire (une histoire de boucher)

Toujours bien relire (une histoire de boucher)

 

En revoyant la chronique d’hier consacrée à la chronique de Jean-Marc Proust sur son illustre homonyme, une phrase, qui m’avait échappée, m’a fait sursauter : « comme pour Charlus, le salut m’est venu un jour d’un boucher ».

 

Où donc un boucher est-il salvateur du cher baron ? J’ai listé les hommes de la Recherche exerçant cette profession. J’y ai trouvé un séduisant garçon boucher du quartier parisien où vit le Héros, et un autre, timide, que Françoise aimerait voir réformer avant de s’apercevoir de l’inutilité de sa démarche. Mais de boucher à qui Palamède devrait rendre hommage, point.

 

Il y a bien un tueur des abattoirs dans l’hôtel de Jupien, mais il ne touche pas Charlus. Pour autant que le sadisme sauve le baron — surnommé « l’homme enchaîné » —, c’est un certain Maurice qui le torture et il n’est pas plus boucher que le prétendu tueur de bœufs.

 

Jean-Marc, il est urgent de relire Marcel.

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 

 

Les extraits :

*Dans une boucherie, où à gauche était une auréole de soleil, et à droite un bœuf entier pendu, un garçon boucher, très grand et très mince, aux cheveux blonds, son cou sortant d’un col bleu ciel, mettait une rapidité vertigineuse et une religieuse conscience à mettre d’un côté les filets de bœuf exquis, de l’autre de la culotte de dernier ordre, les plaçait dans d’éblouissantes balances surmontées d’une croix, d’où retombaient de belles chaînettes, et — bien qu’il ne fît ensuite que disposer, pour l’étalage, des rognons, des tournedos, des entrecôtes — donnait en réalité beaucoup plus l’impression d’un bel ange qui, au jour du Jugement dernier, préparera pour Dieu, selon leur qualité, la séparation des bons et des méchants et la pesée des âmes. V

 

*Au moins [Françoise] était-elle heureuse que son nouveau garçon boucher qui, malgré son métier, était assez craintif (il avait cependant commencé dans les abattoirs) ne fût pas d’âge à partir. Sans quoi elle eût été capable d’aller trouver le Ministre de la Guerre pour le faire réformer. VII

 

*Le lendemain du jour où j’avais reçu cette lettre, c’est-à-dire l’avant-veille de celui où cheminant dans l’obscurité, j’entendais sonner le bruit de mes pas, tout en remâchant tous ces souvenirs, Saint-Loup venu du front, sur le point d’y retourner, m’avait fait une visite de quelques secondes seulement, dont l’annonce seule m’avait violemment ému. Françoise avait d’abord voulu se précipiter sur lui, espérant qu’il pourrait faire réformer le timide garçon boucher, dont, dans un an, la classe allait partir. Mais elle fut arrêtée elle-même en pensant à l’inutilité de cette démarche, car depuis longtemps le timide tueur d’animaux avait changé de boucherie, et soit que la patronne de la nôtre craignît de perdre notre clientèle, soit qu’elle fût de bonne foi, elle avait déclaré à Françoise qu’elle ignorait où ce garçon, « qui d’ailleurs ne ferait jamais un bon boucher », était employé. Françoise avait bien cherché partout, mais Paris est grand, les boucheries nombreuses, et elle avait eu beau entrer dans un grand nombre, elle n’avait pu retrouver le jeune homme timide et sanglant. VII

 

*[Charlus à Jupien :] « Je ne voulais pas parler devant ce petit qui est très gentil et fait de son mieux. Mais je ne le trouve pas assez brutal. Sa figure me plaît, mais il m’appelle crapule comme si c’était une leçon apprise. – Oh ! non, personne ne lui a rien dit, répondit Jupien sans s’apercevoir de l’invraisemblance de cette assertion. Il a du reste été compromis dans le meurtre d’une concierge de la Villette. – Ah ! cela c’est assez intéressant, dit le baron avec un sourire. – Mais j’ai justement là le tueur de bœufs, l’homme des abattoirs qui lui ressemble ; il a passé par hasard. Voulez-vous en essayer ? – Ah ! oui, volontiers ». Je vis entrer l’homme des abattoirs, il ressemblait en effet un peu à « Maurice », VII

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et