La littérature de Proust à Dylan

La littérature de Proust à Dylan

 

C’est une étonnante filiation que Marcelita Swann, toujours sagace, a relevée…

Il est une phrase d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs qui commence ainsi : « Mais quand la voiture de Mme de Villeparisis étant parvenue au haut d’une côte, j’apercevais la mer entre les feuillages des arbres, »

 

Dans sa version anglaise, ça donne : « But when, Mme de Villeparisis’s carriage having reached the top of a hill, I caught a glimpse of the sea through the leafy boughs of the trees, »

 

Et de relever cet extrait des Chroniques du chanteur-auteur-compositeur américain : « Walking back to the main house, I caught a glimpse of the sea through the leafy boughs of the pines. »

 

La différence entre Marcel et Bob, c’est que le premier n’a pas été couronné par le Nobel de littérature. 2-new-yorker-dylan 1-libe-dylan

Eh oui, The Times They Are A-Changin

 

Parole de proustiste…

Patrice Louis

 

 


CATEGORIES : Décorticage/ AUTHOR : patricelouis

Write a Reply or Comment

Your email address will not be published.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et