Quizz III (31)

Oui, il y a des ex aequo… Au bout de trente questions (haletantes !) il faut les départager (dernier délai ce soir minuit, le cachet de la poste ne faisant pas foi). Réponse obligatoire…

*Question subsidiaire : quel est le point commun entre Berlin et Combray ?


CATEGORIES : Divertissement/ AUTHOR : patricelouis

28 comments to “Quizz III (31)”

You can leave a reply or Trackback this post.
  1. Walter Benjamin, si l’on en croit Robert KAHN dans le numéro 47 des bulletins Marcel Proust (1997), article qui s’appelait, tenez-vous bien : « De Combray à Berlin ».

    Bon, en fait, si j’ai bien compris, Walter Benjamin a été traducteur de Marcel Proust, dès les années 20, et il a tout de suite senti des affinités littéraires entre Proust et lui, notamment en ce qui concerne le langage et la perception de l' »histoire » (du temps perdu).

    D’autre côté, quel lecteur de la Recherche n’a pas ressenti des affinités entre Proust et lui ? Je crois que c’est le signe de l’universalité de l’oeuvre…

    Autrement dit :

    « On a tous quelque chose en nous de Marcel Proust… »

  2. patricelouis says: -#1

    Intéressant, mais c’est dans la Recherche qu’il faut… chercher.

  3. ALORS là, langue au chat ! Ce doit être lors d’une description de la guerre de 14-18, évidemment. Bon, Gilberte est partie à Combray pour fuir les allemands, sans savoir qu’en fait elle s’en rapprochait – ce qui lui permettra, après coup, de se croire « héroïque », mais pas de Berlin dans ce passage (j’ai vérifié).

    Il y a aussi l’épisode Verdurin, et le besoin physiologique des croisants de Sidonie, mais pas de Combray-Berlin là-dedans…

    Est-ce caché dans la réaction des domestiques à la lecture des « victoires » françaises, qui, comme le dit si plaisamment le narrateur, se rapprochent toutes dangereusement de Paris, de Combray, alors que les domestiques, lisant « au premier degré » les bulletins, nous croient déjà à Berlin ?

  4. Bon ; alors, peut-être aller chercher du côté du germanisme de Charlus, qui le rend soupçonnable pendant la guerre ?

  5. Ou bien le rapport se cache-t-il chez Swann, qui fait déjà le lien entre Paris et Combray ? Pourtant, je n’ai pas le souvenir qu’il rapporte quoi que ce soit de Berlin, les soirs d’été, dans le jardin…

  6. Cher Patrice, je gamberge depuis ce matin mais … je ne trouve pas grand’chose qui soit satisfaisant… Peut-être l’importance de Sainte Hildegarde pour les deux villes ?

    • patricelouis says: -#2

      Maintenant que vous êtes (presque) tous là, pensez à un élément (je ne peux être plus précis) qu’on voit dans les deux cités.

  7. L’église saint Jacques ?

  8. Bon. Berlin, c’est :

    – le mur
    – le festival du cinéma donc les ours
    – la porte de Brandebourg
    – et l’Alexanderplatz.

    Combray, c’est :

    – Tante Léonie
    – la madeleine
    – les deux côtés
    – les aubépines en fleur.

    Gratt, gratt, gratt (bruit du crâne sous les doigts perplexes de la chercheuse).

    Euh… Qu’est-ce qui passe comme cours d’eau dans les deux cités ? La Vivonne et la Sprée.

    Damned, encore raté.

    un élément qu’on « voit ». Les vitraux ?

  9. Berlin Est et Berlin Ouest sont, comme les deux côtés de Combray, « pas aussi inconciliables que j’avais cru » (Albertine Disparue) ?

    • patricelouis says: -#2

      Amusant, je n’y avais pas pensé, mais ce n’était pas vraiment d’actualité du temps de Proust, or la réponse est dans la Recherche.

  10. je ne vois pas du tout

  11. ne serait-ce pas la similitude des capitales culturelles de 1900, Berlin et Paris?

  12. non cela ne doit pas être ça, si c’est quelque chose qui est à Illiers-Combray, j’emmène le chat chez la vétérinaire et je vais réfléchir

  13. Il existe une Weißdornallee (allée des Aubépines) à Berlin tout comme à Combray le petit raidillon aux aubépines… Mais là je crois que je commence à devenir fou!!!!!!

  14. l’épouse du prince Von l’ami de Mr de Norpois a sa femme qui est à la tête d’une coterie (littéraire?) la plus fermée de Berlin. Je cherche toujours, vivement ce soir minuit

  15. ne serait-ce pas le tilleul de Tante Léonie et nos allées de tilleul d’illiers avec la fameuse allée Unter den Linden de Berlin?

  16. je suis obligée de partir, quel suspense…

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et