Fiche — Petit-fils de Françoise, le

Petit-fils de Françoise, le [I]

Mineur français

 

Personnage fictif.

 

 

À son arrivée à Combray, pour les vacances de Pâques, la mère du Héros demande à Françoise s’il est gentil, quel va être son avenir, s’il lui ressemble.

Sa grand-mère veille sur lui avec constance. Quand il a un petit rhume de cerveau, elle est capable de faire une quinzaine de kilomètres à pied, la nuit, pour voir s’il n’a besoin de rien. Elle ne rentre qu’à l’aube, prête à travailler, sans avoir dormi.

 

 

**avec quelle joie elle [Françoise] nous recevait, nous plaignant de n’avoir pas encore plus beau temps, le jour de notre arrivée, la veille de Pâques, où souvent il faisait un vent glacial, quand maman lui demandait des nouvelles de sa fille et de ses neveux, si son petit-fils était gentil, ce qu’on comptait faire de lui, s’il ressemblerait à sa grand’mère. (I, 37)

*Si, quand son petit-fils était un peu enrhumé du cerveau, elle partait la nuit, même malade, au lieu de se coucher, pour voir s’il n’avait besoin de rien, faisant quatre lieues à pied avant le jour afin d’être rentrée pour son travail, en revanche ce même amour des siens et son désir d’assurer la grandeur future de sa maison se traduisait dans sa politique à l’égard des autres domestiques par une maxime constante qui fut de n’en jamais laisser un seul s’implanter chez ma tante, qu’elle mettait d’ailleurs une sorte d’orgueil à ne laisser approcher par personne, préférant, quand elle-même était malade, se relever pour lui donner son eau de Vichy plutôt que de permettre l’accès de la chambre de sa maîtresse à la fille de cuisine. (I, 87)

 

 


CATEGORIES : Personnage fictif/ AUTHOR : patricelouis

Comments are closed.

Articles populaires

Abonnez-vous

Un flux RSS proustien pour recevoir tous les articles du Fou de Proust
Et également sur et